In Memoriam
MRE MARIE SAINT HILAIRE  |  MME POCHOY - MME DE VAUCRESSON  |  MME QUARTA   |  SOEUR PAULINE  |  Mre Thrse Marie
Ce sont deux personnalits exceptionnelles qui ont quitt cette terre en juin dernier. Lune comme lautre ont connu du XXe sicle, et dans leur propre vie, ses tragdies et ses renaissances. Ignorant la fatigue et le dcouragement, lune comme lautre lont travers avec curiosit, intelligence et gnrosit, dans les jours difficiles et dans les jours heureux. Toutes deux sont passes de La Providence La Tour quand les deux tablissements fusionnrent au dbut des annes 60. Pour toutes deux lenseignement fut le prolongement de ce quelles furent pour leurs familles : des ducatrices.

Madame POCHOY (1915-2009) avait grandi au Cambodge avant de faire ses tudes de droit Paris. Pendant cinq ans, spare de son mari par la guerre, elle servit dans la Croix-Rouge . En 1945, elle russit se faire engager comme officier de liaison sous son nom de jeune fille pour pouvoir suivre son mari volontaire pour lIndochine o les familles ntaient alors pas admises. Les circonstances firent quils servirent Calcutta. Ils y restrent vingt ans. Aprs avoir quitt larme, tout en levant ses trois enfants, elle y enseigna le franais lAlliance franaise, comme elle lavait fait en Pologne auprs des princesses Czartoryska avant son mariage. Rapatriement des rfugis dIndochine, Mre Teresa Cest lAsie qui marquera sa vie, et elle consacrera une grande partie de sa longue retraite ltude du chinois et laccueil des immigrs asiatiques.

Lorsquelle entra La Providence en 1965, ce sont toutes ces qualits desprit et de cur quelle mit au service dun enseignement particulirement ouvert. Riches de ses vastes connaissances littraires et historiques, ses cours ne faisaient pas seulement revivre le pass, ils aidaient comprendre le prsent, et ouvraient la rflexion des lves qui lui taient confies sur lavenir du monde, ce monde qui la passionnait et quelle contribuait de toute son nergie rendre plus lisible et meilleur.

Professeur passionnant - Cest fou ce quelle sait de choses Madame Pochoy ! disaient les lves-, collgue dlicieuse aussi, ouverte tous les registres professionnels et humains. Parler avec elle, travailler avec elle, ctait prouver le plaisir que donne le commerce dun esprit cultiv, rompu la rflexion, aussi loign du pdantisme que de la superficialit. Tous ceux qui lont connue ne pourront oublier son sourire joyeux et attentif, ni son regard ptillant du dsir ardent de connatre et de comprendre, de donner et de recevoir, de se mettre la place de lautre en restant soi-mme, dtablir des ponts entre lOrient et lOccident, entre les hommes.

Madame Pochoy aurait pu reprendre son compte la parole de Trence : Rien dhumain ne mest tranger.



Madame de VAUCRESSON (1909-2009) garda toujours des liens troits avec La Providence dont les religieuses, bien avant quune de ses filles nentre dans la congrgation, avait accueilli ses cinq enfants aprs la guerre, puis elle-mme comme enseignante dans des circonstances difficiles. Ds son arrive La Tour, elle trouva dans ltablissement une place privilgie, et elle la conserva bien aprs sa retraite. Son excellent enseignement de langlais fut demble une rfrence, non seulement par sa qualit, un moment o il devenait celui dune langue vivante, mais par sa connaissance de lhistoire et de la culture du monde anglo-saxon. Qui de ses lves a oubli son cours sur le discours que Churchill adressa au peuple anglais le 13 mai 1940 ? Elle avait de surcrot des intuitions pdagogiques novatrices et les mettait volontiers en uvre en interdisciplinarit.

Mais Madame de Vaucresson avait une autre prsence La Tour, une place qui ne pouvait appartenir qu elle. Isralite de naissance, elle se convertit au terme dune profonde volution spirituelle aprs son mariage. Dcore de la mdaille de la Rsistance au titre du ministre de la Guerre, elle ne put malheureusement empcher quune grande partie de sa famille mourt Auschwitz. Toute sa vie devint alors un trait dunion entre le judasme et le catholicisme, un plaidoyer pour le pardon, un tmoignage de la grandeur de lhomme travers la Shoah. Aprs sa retraite, elle anima pendant de nombreuses annes un groupe de catchse en terminale intitul Connaissance du judasme . Pour cela, elle commena ltude de lhbreu 72 ans. Limpact de sa parole tait tel qu La Tour sajoutrent Franklin, Ginette, Lbeck, laumnerie de Janson de Sailly... Lors de sa dernire intervention La Tour -elle avait 90 ans-, comment oublier cette lve sapprochant delle la fin de son tmoignage pour lui dire simplement Madame, est-ce que je peux vous embrasser ? .

Parler, couter, faire rflchir, ses enfants, ses petits-enfants, ses lves mais aussi ses fils adoptifs en France et en Afrique du Sud o une autre de ses filles est petite sur de Jsus, tel fut le charisme de Madame de Vaucresson.

Ces deux grandes dames nous ont quitts, et nous le ressentons comme une perte. Mais la tristesse que nous en prouvons ne peut que devenir action de grce : Toutes deux furent des vivantes ! Toutes deux taient prtes entrer dans la Vie !

Madame Landry
Ancienne directrice de La Tour
86 rue de La Tour - 75116 PARIS
Tél : 01 45 04 12 06 - Fax : 01 45 04 73 35
Tout droits réservés - Association des anciens de La Tour